Les oreilles décollées

L'opération des oreilles décollées, ou otoplastie, est l'intervention qui vise à corriger les anomalies du pavillon de l'oreille afin de retrouver une harmonie du visage.

C'est souvent un drame pour l'enfant qui découvre, au début de sa scolarité, que la forme de ces oreilles, qui jusqu'ici ne l’avait jamais perturbé, devient pour son entourage un objet de remarques récurrentes, puis un sujet de raillerie de la part de ses camarades, avec les quolibets habituels.

Il lui devient alors difficile, même si certains y parviennent, d’assumer cette différence en soi mineure, face au regard des autres. Il s'en suit une mésestime de soi ; le rapport avec les autres s'altère. Le nouveau cadre de vie qu'est l’école, où l'enfant devrait s’épanouir, devient une souffrance que l'enfant va éviter au point de développer parfois une phobie scolaire.

Ce processus si souvent observé est une justification au traitement chirurgicale des oreilles décollées dès que l’entourage observe les premiers signes de cette souffrance psychologique.

 

Types d'anomalies

Trois défauts se conjuguent, chacun plus au moins marqué, pour arriver à cet aspect d'oreille décollée :

  • L'insuffisance de plicature du cartilage (Anthelix) entraine une insuffisance de relief.
  • La conque trop développée projette l’ensemble de l'oreille de l'oreille vers l'avant.
  • L'accentuation de l'angle d'implantation de l'oreille déterminera la gravité de l'anomalie surtout pour le lobe supérieur.

Seul le choix d’une technique qui permet de corriger chacun de ces défauts permettra d’obtenir un résultat harmonieux.

 

Forme particulière

L'anomalie peut être unilatérale. La difficulté sera alors de retrouver une symétrie suffisante entre les 2 oreilles. Si l'oreille controlatérale est légèrement décollée, il sera judicieux d’intervenir sur les deux oreilles pour garantir une similitude dans le résultat.

D'autre malformation de l'oreille sont présentes à la naissance et nécessite une approche différente adaptée à chaque cas.

Dans les atteintes constitutionnelles du cartilage que l'on retrouve dans différents syndromes, le squelette de l'oreille est beaucoup plus souple avec un cartilage plus mince et plus fragile. La technique opératoire doit être adaptée en conséquence.

L’âge de l'intervention

La plupart des centres propose d’attendre l'âge de 6 ou 7 ans. Intervenir plus tôt lorsque le potentiel de croissance de l'oreille est encore important peut faire réapparaitre certaine anomalie ou accentuer des défauts résiduels.

 

Mode anesthésique

Nous faisons toujours nos interventions en anesthésie générale.

La durée de l'intervention, l'inconfort de la position du patient, les douleurs que l'enfant peut ressentir malgré l'anesthésie, nécessitent une narcose complète. En effet si l'enfant s’impatiente, et s'agite, l'intervention devra se terminer dans la précipitation et son résultat sera compromis.

 

Les techniques de l'otoplastie

L'incision est réalisée en arrière de l'oreille pour accéder au cartilage de l'oreille. Les techniques les plus usitées, technique de J .C Mustarde, consistent à amincir le cartilage en le râpant sur sa face postérieure puis à le plicaturer. La conque en ensuite ramenée vers l'arrière en l'insérant sur les tissus périmastoidiens.

Le résultat de cette méthode est souvent aléatoire et décevante par l’aspect cassé de l’Anthélix. Il est difficile en effet par cette méthode de redonner une courbe harmonieuse à l’oreille. D’autre part si le cartilage est insuffisamment aminci, le résultat immédiat sera plus harmonieux par contre à moyen et long terme le cartilage retrouvera sa forme originelle et nous irons vers une récidive.

Pour ces raisons il a été proposé, (D.E Tolhurst et S.J. Stenstrom) d'aborder le cartilage sur sa face antérieure, en passant par une incision cutanée postérieure ou par une incision cutanée antérieure.

Durant notre formation au CHUV puis au Kinderspital à Zurich nous avons pu appliquer ces différentes méthodes. Depuis plusieurs années après avoir pratiqué la méthode de Tolhurst  avec mon confrère le Dr. Schertenleib, Médecin chef du service de chirurgie plastique de l'Hôpital du Valais, nous avons opté définitivement pour cette méthode et sommes satisfaits de nos résultats.

Une fois le cartilage exposé sur sa face postérieur, nous pratiquons une incision de ce cartilage depuis l'Antitragus, remontant dans la gouttière de l'Hélix et se terminant juste en avant de la racine de l’Hélix. La ligne d'incision est préalablement jalonnée par 4 ou 5 fines aiguilles tuberculiniques pour éviter un trajet aléatoire. Très soigneusement, avec un fin dissecteur ou un fin ciseau à disséquer, le cartilage sera libéré des téguments de la face antérieure de l'oreille en ménageant et en laissant les vaisseaux sur le versant cutané. Cette libération se fera jusqu’au sommet de la Conque. Nous avons ainsi tout le loisir d'aborder le cartilage sur sa face antérieure : des incisions du tiers de l'épaisseur du cartilage sont pratiquées, excentriques au rebord de la conque et suivant les lignes anatomique de l’Anthélix. Ces incisions, libérant la tension superficielle de cartilage, vont amener la courbure souhaitée à l'Anthélix. En trois semaines, les stries laissées en place par les incisions vont se combler par du cartilage.

La chondrotomie est suturée, les 2 premiers points à la hauteur de la racine de l’Hélix sont amarrés au tissu périmastoidien pour assurer le recollement du lobe supérieur de l'oreille. Selon le degré de l'hypertrophie de la Conque, celle-ci sera également insérée sur le tissu périmastoidien. Enfin les derniers points à la hauteur de l'Antitragus seront également amarrés.

La suture-retro-auriculaire est effectuée par un fil résorbable qui n’aura donc pas besoin d’être retiré.

Les oreilles sont ensuite recouvertes par un pansement qui sera maintenu par une bande auto-adhésive qui entoure la tête comme un bandeau.

 

Suites opératoires

Les douleurs sont modérées, généralement bien contrôlées par le Paracetamol (absolument éviter l’Aspirine qui provoque des saignements).

Si l'enfant a le sentiment que la bande serre trop, vous serez autorisez à la changer mais sans changer le pansement.

Le premier pansement sera changé à notre cabinet entre le 2ème et le 3ème jour. Les oreilles apparaitront tuméfiées, avec un oedème et des ecchymoses qui dureront plusieurs jours.

Pansement

Il vous sera alors expliqué comment faire les pansements suivants et nous reverront l’enfant vers le 10ème jour et le 21 ème jour.

L’enfant conserve le bandage autour de la tête pendant 3 semaines. Ce bandage peut très bien être camouflé par un bandeau, type bandeau de sport, ou un foulard, avec lequel l’enfant se rendra plus facilement à l’école.

Les complications

Immédiatement après l’opération et dans les 2 à 3 jours des saignements peuvent survenir en général  peut important et ne nécessitant pas de mesure autre que de changer le pansement. Exceptionnellement des saignements plus importants peuvent survenir. Dans notre expérience, il s'agit chaque fois d’un trouble méconnu de la coagulation et une fois après prise d’Aspirine.

L'infection est souvent rapportée comme une complication après otoplastie. Nous ne l'avons jamais rencontrée. Nos patients sont mis au bénéfice d'une prophylalxie antibiotique au début de la narcose puis pendant les 5 premiers jours.

La cicatrice derrière l’oreille est fine, devient discrète et quasi invisible après quelques mois.

Cicatrice

Il peut néanmoins parfois se développer une hypertrophie de cette cicatrice (chéloide) qui pourra nécessiter une correction avec excision de la chéloide et ensuite un suivi rapproché et traitement particulier si une récidive de chéloide apparait. Cette complication survient plutôt chez le prépubère ou l’adolescent.

 

Le résultat

Voir notre galerie photo

16 01 2 16 07 2 16 08 2

C’est après 2 à 3 mois que l’on peut apprécier et considérer le résultat comme définitif.

La technique utilisée actuellement nous apporte un degré élevé de satisfaction. L’aspect oreille décollée est toujours corrigé, la courbure harmonieuse de l'Anthélix est également obtenue.

Pour certaine configuration du pavillon auriculaire, il se peut que le lobe supérieur s’écarte  à nouveau, un peu, surtout chez les porteurs de lunettes.

Le repli du bord de l’oreille (l’Hélix) peut-être moins accentué dans la partie moyenne de l’oreille ou au contraire plus accentué au niveau du lobe supérieur.

L'aspect propre de l'hélix peut être asymétrique.

L'aspect général peut également être asymétrique.

Souvent ces imperfections ne sont pas remarquées par l'entourage.

Il peut arriver qu'une irrégularité du cartilage remodelé et travaillé surtout à la hauteur de l'Antitragus exerce une pression sur la peau en regard qui devient douloureuse avec développement d’un mini escarre. Ceci nécessitera des soins particuliers, parfois même une petite excision en anesthésie locale.

 

Prise en charge de l’intervention 

Les oreilles décollée selon la LAMAL ne sont pas considérées comme une maladie ; il n'y aura donc pas de remboursement par votre assurance de base, ou que partiel.

Par contre de nombreuses assurances complémentaires et assurances privées incluent l’otoplastie chez l’enfant avant 18 ans dans leurs prestations.

Il est donc important avant toute démarche de bien considérer les conditions générales de vos contrats et quelles sont les prestations inclues.

Avant toute programmation d'intervention, nous faisons une attestation et demande au médecin conseil de votre assurance qui pourra ensuite vous renseigner précisément sur la prise en charge que vous êtes en droit d’attendre. Il est ainsi important que nous disposions de photos que nous joindrons à notre demande.